Archives pour la catégorie soirées

Soirée UBTF

Le 13 décembre dernier votre Peña recevait l’Union des Bibliophiles Taurins de France représentée par son président Philippe De Graeve et son vice-président Serge Milhé. Ils ont fait découvrir à une nombreuse assistance cette association et le travail qu’elle effectue depuis plus de 40 ans pour contribuer au maintien de la tauromachie dans les régions de tradition et à son enracinement culturel en France.

A cette occasion ont été présentées les deux dernières parutions de l’UBTF en présence des collaborateurs de ces œuvres : « Les arènes de Floirac, 20 ans d’une tumultueuse histoire » d’Alain Labouyrie et Serge Milhé et « Des toros à l’affiche », la collection Vintenat racontée par Marc Thorel. Deux ouvrages qui ont eu un grand succès auprès des participants de cette soirée et qui peuvent être commandés sur le site ubtf.fr.

Apéritif et repas dans un restaurant de la banlieue bordelaise ont clôturé cette rencontre entre aficionados.

 

Soirée de présentation de la féria de PARENTIS

Belle assistance pour la réception de nos amis de l’ADA PARENTIS venus nous présenter la féria Sen Bertomiu 2018. Le vendredi 8 juin nous avons reçu en association avec le Club Taurin Ricard de Bordeaux les organisateurs de la Féria de Parentis au château Méric à Labrède. Tout d’abord un grand merci à Sylvie et François pour leur accueil tout en simplicité et sincérité.

La présentation vidéo a servi de support aux explications des choix effectués tant pour les élevages que pour les hommes qui souhaitent se mettre devant.
Fidèles à leurs engagements, ce groupe de passionnés est toujours à la recherche d’élevages jamais présentés dans le Sud-ouest (ou alors depuis si longtemps) ou oubliés par les grandes places espagnoles ou françaises car ne correspondant plus aux critères à la mode.

Pour les novilleros, il en va de même de cette volonté à donner (ou redonner) sa chance à des jeunes faisant preuve d’engagement et de sincérité dans leur toréo.
Les discussions et les échanges se sont ensuite poursuivis sur des sujets plus vastes comme les difficultés financières mais aussi règlementaires, rencontrées pour organiser une novillada piquée.

Pour preuves leur nombre sans cesse en baisse, pour une étape indispensable tant à l’apprentissage de ces jeunes et au renouvellement des « Figuras ».
L’apéritif et le buffet proposé par notre commission « soirée », agrémentés des dégustations de la production de nos Hôtes, ont permis de prolonger les échanges sur les rencontres à la fois taurines mais aussi humaines que nous apporte notre passion.

Soirée Manolo Vanegas

Le 8 décembre dernier, notre partenaire, le Château Picque-Caillou, nous recevait pour notre rendez-vous annuel dans ses chais. Au programme cette année la réception d’un matador Manolo Vanegas et de son apoderado Didier Cabanis.

Une soixantaine de fidèles avaient bravé le froid et la pluie pour venir à la rencontre d’un beau jeune homme (n’est-ce pas mesdames) qui nous a émus par sa simplicité, sa prestance et son désir de plaire et de satisfaire son public. Engagé depuis ses débuts en novilladas avec des ganadérias dites  « dures » il nous a expliqué qu’il trouvait du plaisir quand l’adrénaline montait avec les difficultés et qu’il parvenait à dominer son toro et à enfin distiller des passes suaves. (Ce qu’il avait pleinement réussi à Orthez devant un difficile Valverde). Il veut tout toréer et il a prouvé ses capacités aussi bien à Vic pour son alternative que devant les Victorinos de Mont de Marsan. Moments d’émotion aussi que ceux de ses débuts, gamin dans une troupe de bomberos toreros et celui de sa rencontre avec Domingo Lopez Chaves et du départ de son Venezuela natal vers l’inconnu avec l’espoir de devenir maestro.

Son apoderado, Didier Cabanis personnage haut en couleurs, qui est également empressa des arènes d’Ales nous a pour sa part délivré, non sans un certain humour, des anecdotes sur Manolo mais aussi sur son rôle d’organisateur de corridas.

Une soirée très réussie, ponctuée d’une dégustation de vin du château et la nuit était bien avancée quand nous nous sommes quittés en espérant de tout cœur revoir ce maestro plein d’avenir dans les arènes de notre région (et ailleurs aussi).

Soirée CERET 2017

Pour la dernière soirée de ce premier  semestre 2017, nous recevions nos amis cérétans  venus nous présenter leur féria 2017 coïncidant avec le trentenaire de la création de l’ADAC. Pour cet événement nous avions mis les petits plats dans les grands et c’est le Château Franc Grâce-Dieu, grand cru de Saint-Emilion qui nous ouvrait ses portes le 20 mai dernier. Nous tenons à remercier très chaleureusement les propriétaires qui nous ont permis de réaliser cette soirée dans le très beau cadre de leur vignoble.

Apéritif en extérieur offert par le Club Taurin Ricard d’Aquitaine associé à l’organisation ; puis ce fut une dégustation commentée des vins de la propriété au milieu du vignoble malheureusement touché par les récentes gelées.

La présentation en images des cartels de la feria pour cette édition 2017 souleva des murmures d’admiration et les commentaires  du président et du trésorier de l’ADAC répondirent à la curiosité des participants.

La féria 2017 s’annonce sous les meilleurs auspices et c’est avec impatience que nous attendons la mi-juillet.

Soirée de présentation Féria de Vic-Fezensac

Le 28 avril dernier nous recevions les représentants du Club Taurin Vicois dans les chais du château Méric à La Brède.

Tout d’abord soulignons l’accueil chaleureux de nos hôtes, épuisés après deux nuits consécutives à combattre le gel qui s’était abattu sur la région,  mais heureux d’avoir sauvé la majorité de leur récolte.

La soirée débuta par un apéritif offert par nos amis du Club Taurin Ricard, puis devant une assemblée d’une cinquantaine d’aficionados André Cabannes et Isabelle Boulay du Club Taurin Vicois firent une présentation imagée et précise de ce que sera la prochaine féria vicoise. Aux questions posées, ils répondirent en détail et avec une grande disponibilité. Les vidéos projetées montrèrent des  toros comme on aimerait en voir plus souvent. Souhaitons qu’ils soient aussi bons à Pentecôte que beaux sur les images de cette soirée.

Puis vint l’heure de se restaurer et de déguster les produits de la propriété : Blanc, rosé et rouge, les maîtres des lieux circulant de groupes en groupes, partageant leurs  vins et leur passion avec tous.

La nuit était bien avancée quand il fallut se quitter, des toros plein la tête, des saveurs des fruits de la vigne plein la bouche et le cœur joyeux d’avoir passé une très agréable soirée.

Merci encore à nos hôtes et à nos amis du Club Taurin Vicois.

 

Soirée Félix Robert

Le 3 mars dernier, nous étions une quarantaine pour recevoir Miguel Darrieumerlou venu nous parler d’une figure de légende de la tauromachie: Félix Robert, premier matador français dont on commémorait l’anniversaire de la mort l’an dernier.

Ce natif de Meilhan (Landes) fut un aventurier comme il en existait tant à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème. Issu d’un milieu modeste, il finit sa vie très riche. De la course landaise de ses débuts à son alternative à Valence, confirmée à Madrid en 1899 il forçat les barrières culturelles et sectaires de la tauromachie espagnole, faisant figure d’extra terrestre avec ses moustaches incongrues dans une arène. Mais sa vie fut surtout celle d’un grand entrepreneur, sans peur de rien, de la gestion d’arènes à l’élevage de chevaux en passant par l’organisation de spectacles, en France mais aussi aux quatre coins du monde (Algérie, Amérique du sud, états unis). Vous pouvez retrouver ce parcours hors normes dans l’excellent ouvrage édité en 2016 par l’Union de Bibliophiles Taurins:  » Les aventures de Félix Robert Premier Matador Français « .

Une dégustation de vins du sud-est a ouvert cette soirée, suivie de la prestation imagée et haute en couleur de Miguel Darrieumerlou devant un public conquis. Merci à Miguel de nous avoir fait partager ce grand moment d’aficion. Le buffet traditionnel de clôture s’est prolongé tard dans la soirée. Quelques photos pour en prolonger le souvenir.

Tauromachie: la révolution française

Pour sa première soirée de l’année 2017, votre Peña recevait Pierre Albert Blain, bien connu pour ses retransmissions de corrida sur France Bleue Gascogne avec Julien Lescarret ainsi que pour ses commentaires de matches de rugby.
Au programme : Tauromachie, la révolution Française. Ce fabuleux conteur, exilé de Provence, nous retraça l’histoire de deux jeunes à peine sortis de l’adolescence qui dans les années 60 rêvaient d’être toreros et surtout de vaincre le préjugé selon lequel un bon matador est forcément espagnol. Commence alors un long et difficile apprentissage, suivi, des deux côtés des Pyrénées, souvent la faim au ventre, par des années de novilladas et de festivals, de triomphes et de désillusions. Du saut dans les arènes de Nîmes pour tuer un toro d’Ordonez à la conquête des arènes de Madrid pour l’un; de l’accompagnement de la carrière de son frère, Nimeño II, à son succès d’écrivain pour l’autre, les petites histoires, les bonheurs et les peines, les couacs et les exploits, tout nous fut conté par Pierre Albert Blain avec son verbe enchanteur, sa bonne humeur et son amour de l’histoire  taurine. Il nous a fait vivre, pendant plus d’une heure trente,  le parcours de ces deux jeunes toreros français, Simon Casas et Alain Montcouquiol, qui par leur volonté et leur ténacité ont ouvert la voie des maestros français d’aujourd’hui.
C’est une soixantaine d’aficionados enchantés qui ont assistés à cette grande soirée dans les chais d’un grand château bordelais clôturée par un buffet et la dégustation du vin de notre hôte.

Soirée Cartels CERET 2016

 

Ceret 1Le 27 mai dernier, nous étions une quarantaine d’aficionados présents pour cette traditionnelle présentation de la féria de CERET.Ceret 11

Comme toujours des images de bêtes superbes et beaucoup d’espoir pour cette édition 2016. Cette projection a généré de nombreuses questions à nos amis de l’ADAC aussi bien sur le choix des toros que sur celui des matadors.

Soirée riche en échanges  qui  a réuni des aficionados,  des représentants du Club Taurin Ricard et nos adhérents. Les discussions se sont longuement poursuivies autour d’un buffet campagnard.

Ceret 1111Ceret 111

Cette année encore nous serons plus d’une vingtaine de la Peña Goya à rejoindre la cité catalane.

Soirée Alberto LAMELAS

SONY DSCCertains l’avaient rêvé, la Peña Goya l’a fait ! Depuis ce soir du 9 juin 2014 où le ruedo Vicois vit s’affronter « Cantinillo » toro de 5 ans de la ganaderia de Dolores Aguirre et Alberto Lamelas, nombreux sont ceux qui voulaient approcher celui qui par son audace et son courage avait triomphé de la force vive et brutale de ce  » manso de gala « .

La magnifique salle des fêtes où se tenait cette soirée à accueillit plus d’une soixantaine d’aficionados venus rencontrer Alberto Lamelas et son nouvel apoderado, Robert Piles. En ouverture, une dégustation de vins de la région organisée par Lionel Bon a permis à chacun d’approcher le maestro et son apoderado et d’échanger en toute simplicité. A noter les efforts particuliers d’Alberto pour s’exprimer en français.

Puis vint la tribune, débutée par un hommage du plus ardent « fan » d’Alberto qui déclencha bien des sourires. Pendant que défilaient sur l’écran des images du matador dans les arènes françaises au cours des temporadas 2014 et 2015, Alberto retraça rapidement sa carrière et partagea avec Robert Piles ses espoirs pour la saison à venir (Déjà quelques contrats signés dans le sud-ouest : Aignan le 27 mars, Vic le 15 mai, Aire sur Adour le 19 juin). Un grand  moment d’émotion avec la video commentée par le maestro de son combat face à « Cantinillo ». Un autre hommage à distance depuis Paris avec un « slam » d’une aficionada toute acquise à la cause d’Alberto.

La soirée s’est poursuivie autour d’un copieux buffet, ponctué de discussions et de séances de dédicaces. Une soirée réussie qui récompense bien tous les efforts des organisateurs.

Merci à Alberto et à Robert Piles pour leur disponibilité, leur simplicité et leur gentillesse.
A très bientôt dans les ruedos et « suerte » maestro.

En complément à cette soirée voici le texte du « slam » de Marion en hommage à Alberto:

A l’heure du sorteo, Cantinillo dans les coulisses
Pose deux yeux noirs de défi sur tous ceux qui l’épient
Les peones contemplent déjà avec crainte et dépit
Ce bicho solitaire inquiétant
Qui affiche sa carte de visite
Un numéro : le 15… un N sur le flanc
Il n’est pas là pour rire, mais combattre et mourir
Et porter d’outre-tombe un souvenir…
Celui de sa ganadera ; elle qui aimait à dire :
Que seuls les courageux à la rigueur
Peuvent faire la guerre aux Dolores Aguirre
A l’heure du sorteo, seul dans ton hôtel ?
A quoi peux-tu penser en ces heures solitaires ?
A ces toros que tu allais cueillir novillero à puerta gayola ?
A ces coups de fil trop rares que tu attends en vain depuis l’alternative ?
A ces rêves que tu nourris avec obstination du fond de ton escalafon ?
… Où tu sais mieux que personne que les mauvais toros sont ceux
Que tu ne croiseras jamais dans les plis de ta muleta.
Loin des vedettes qui guettent ces toros qui permettent
Ceux qui mettent la tête et qui répètent
Le lot des toreros modestes c’est d’avancer la jambe
Autant que faire se peut
Alors que les toros autorisent bien peu
A l’heure où les braves se parent de lumières
Cantinillo, traine dans son sillage un long filet de bave
Le N en étendard, en manso con casta
Il promène son genio dans le ruedo vicois
Tu relèves ta mèche tu ajustes ton col
Tu vas le toréer lorsque bien peu y croient,
Tu vas le toréer car tu n’as pas le choix
Sur les toreros modestes, plane bien plus que la blessure
Bien plus que la malchance … la peur de l’indifférence
Il avance la jambe, Cantinillo décolle,
Et 100 fois menace de sa corne,
15 derechazos comme une supplique au ciel
Une estocade entière, a matar o morir
Un descabello comme un crochet du droit
Couchent Cantinillo pour l’éternité
Au milieu des vivas, écoutez-le vous dire,
Dans la sincérité d’un croisement, dans le silence d’une passe
Je suis Alberto Lamelas
Modeste par le rang mais de courage immense
Sans arrogance aucune… aussi bon que beaucoup et meilleur que certains…
A l’heure où les festayres envahissent les rues
A l’heure où la plupart, pensent au lendemain
On est une poignée dans un temps suspendu … à Dému.
Un demi à la main, accoudés au comptoir
On te regarde servir des naturelles imaginaires
Sur le bas-côté de la nationale.
Et refaire de salon un combat homérique
Celui de Cantinillo et d’Alberto, à jamais à hombros dans nos cœurs
Le combat d’un manso et d’un torero…
Modeste par le rang mais de courage immense.

Soirée « Historique des arènes de Parentis en Born »

Le vendredi 19 février dernier, vous étiez près de 40 à avoir bravé la froideur hivernale pour une soirée consacrée à l’histoire des arènes de Parentis.

Notre intervenant, Alban Garros, jeune professeur d’histoire et d’occitan et grand aficionado nous a démontré comment la volonté de quelques hommes au fil des ans a permis, malgré les divers contextes économiques plus ou moins favorables et les incertitudes liées au choix des toros et des maestros, de positionner Parentis comme une place forte de l’aficion du sud-ouest.

Sa présentation, agrémentée de photos d’archives a suscité un vif intérêt de la part du public.

Le buffet traditionnel  nous attendait pour clore la soirée et partager, avec modération, quelques verres de l’amitié.